Comment ai-je découvert la course à pied ?

Ou comment une personne tout à fait ordinaire peut se transformer en sportive (si, si, c’est vrai !) 

Course à pied débutant
Et si je me lançais ?

Avant tout, cessez de vous protéger avec des idées préconçues qui vous font croire que le sport, ce n’est pas pour vous.

 Si vous aussi vous :

 – Avez développé une phobie des cours d’EPS au collège et prétextez régulièrement des maux de ventre pour sécher,

 – Faisiez partie des élèves qui n’étaient appelés qu’en dernier dans la constitution des équipes de basket-ball (cruels professeurs d’EPS, bannissez cette torture psychologique, vous n’avez pas idée du nombre d’adolescents traumatisés à vie),

 – Détestiez vous changer, voire pire, vous doucher dans les vestiaires après une séance de gym et vous sentiez transpirée toute la journée qui suivait.

 Alors pas de doute, vous avez le profil d’une runneuse en puissance ! Sortez des schémas fatalistes qui vous bercent confortablement dans la paresse du dimanche et laissez-vous glisser vers une autre forme d’activité bénéfique pour le corps et l’esprit.

Course à pied débutant

 Je suis un exemple vivant de ces rescapées du sport, perturbée depuis l’enfance par les cours dispensés à l’école primaire. Lorsque j’étais en CE1, j’ai été traumatisée par un animateur du nom de Roger (déjà rien qu’avec le prénom on a des doutes sur le personnage) qui me prenait régulièrement en exemple pour montrer aux autres ce qu’il ne fallait pas faire. Humiliations, rires collectifs, boutades répétées devant la classe, il m’a fait subir une énorme pression.

 Seule au milieu des autres élèves, sur ce terrain en béton désaffecté à côté de l’école, un jour il a prononcé en public ces paroles fatales : « Et bèèè, les élèves comme toi on le voit tout de suite, ça préfère passer le dimanche à regarder la tv plutôt qu’à s’entraîner. »

 C’en était fait. Roger avait instillé en moi la haine du sport et de tout ce qui s’y rapportait.

 Que de chemin parcouru depuis l’école primaire… les années collège et lycée furent tout aussi sportivement désastreuses (ah, que d’anecdotes à raconter !) mais l’ère de la prépa sonna le glas des bonnes résolutions.

Course à pied débutant

En ces années suicidaires, la personne blanchâtre et studieuse que j’étais devenue passait 16 heures par jour à travailler sur un bureau d’internat, développant ainsi des troubles physiologiques irrévocables : maux de dos, port de lunettes de vue, teint blafard, cheveux ternes et surtout…prise de poids et multiplication anarchique du taux de cellulite !

 Cette prise de conscience m’entraîna à commencer doucement le sport en variant les activités pour savoir ce qui me plaisait vraiment :

 – Natation

– Fitness / danse,

Yoga

– Course à pied, 30 min maximum pour débuter.

 Une fois par semaine, je testais un domaine nouveau, et le running était une véritable contrainte, je me forçais à en faire car c’était selon moi le sport le plus efficace pour perdre du poids.

 En augmentant progressivement le nombre de séances et les kms parcourus, j’ai commencé à y trouver une agréable routine, mais tout a explosé quand je me suis inscrite en club à Paris.

 Ce changement a aussi bouleversé mes habitudes alimentaires puisque j’étais adepte des plats tout préparés et des friandises industrielles qu’il a fallu évincer pour changer de mode de vie et trouver mon poids de forme.

 Aujourd’hui, j’ai adopté un équilibre sportif et alimentaire sain mais sans oublier de craquer quand j’en ressens le besoin car je suis avant tout une incorrigible gourmande.

 Alors, à qui le tour ?

 

 Course à pied débutant

Laisser un commentaire