Djakarta Bali ou le voyage en Indonésie

Depuis mon voyage au Sri Lanka en février dernier, je peine à trouver de bons restaurants indonésiens qui me rappelleraient l’île aux épices et sa gastronomie parfumée. Les adresses sont plutôt rares et après plusieurs essais, j’ai dû me rendre à l’évidence : beaucoup s’européanisent pour séduire la clientèle parisienne. Qu’à cela ne tienne, la quête du Graal continue et lorsque l’on m’a proposé de découvrir un restaurant indonésien derrière les Halles, j’ai répondu présente à l’invitation, déjà excitée à l’idée de renouer avec les saveurs de mon voyage de noces. Il est vrai que j’avais acheté un stock d’épices là bas mais sans recettes adaptées et sans talent (il faut bien l’avouer), je n’ai jamais réussi à cuisiner des plats qui se rapprochaient de ce que j’avais pu goûter au Sri Lanka.

Un samedi de juillet, 20h : les rues du 1er arrondissement grouillent au lendemain des vacances scolaires et le quartier des Halles s’anime, proche de Paris plage et des boutiques climatisées où vont flâner touristes et habitués. Situé au 9, rue Vauvilliers, le Djakarta Bali nous accueille dans son décor tamisé et Nin Hanafi, propriétaire des lieux, nous installe sur une table près de la terrasse d’été. De sa voix douce et feutrée, il nous raconte l’histoire du restaurant, ouvert à Paris par sa famille en 1985, après avoir dû quitter l’Indonésie en 1963 pour des missions diplomatiques et un dur exil.

Ce restaurant est un lien entre l’Indonésie et la famille du propriétaire et il propose un éventail de spécialités de l’île de Java, Sumatra et Bali dans une ambiance musicale et dépaysante. Les sons, odeurs et décors nous font quitter Paris le temps d’un repas.

« Désirez vous un cocktail maison ? » Un mélange de rhum, ananas et curaçao bleu nous est apporté et nous trinquons à cette belle soirée.

Un petit coup d’œil à la carte nous donne un aperçu du concept : une cuisine traditionnelle maison avec des épices et produits frais sélectionnés dans les marchés indiens voire même importés d’Indonésie. Des menus sont proposés mais aussi des spécialités à la carte et un brunch pour le week end. Tous les mets me font envie et devant un tel dilemme je laisse la serveuse choisir et nous offrir sa propre sélection.

Les entrées :

  • Soto Ayam, soupe de poulet,
  • Lumpia, rouleaux frits aux crevettes et légumes,
  • Gado-Gado, une salade indonésienne aux légumes variés et à la sauce cacahuète.

Nos sens sont conquis dès le début du repas. Les entrées sont fines et épicées comme l’on aime avec un service impeccable et de bonnes portions.

Le méli-mélo de plats :

Ce mélange à base de riz me rappelle les rice and curry, très copieux, accompagnés de plusieurs plats à déguster. Le riz parfumé me séduit dès la première bouchée et l’on peut y adjoindre de la coco râpée, un délice subtil qui en relève le goût. La table est à peine assez grande pour contenir toutes les assiettes qui sont autant d’invitations au voyage :

  • Sate Daging : brochettes de bœuf accompagnées de sauce soja et cacahuètes
  • Opor Ayam : poulet coco dans sa sauce
  • Mie Hun : vermicelles sautées sauce soja
  • Randang Daging : bœuf mijoté au lait de coco
  • Acar Mentah : salade de légumes à la sauce aigre douce.

La gourmande que je suis ne sait plus où donner de la tête devant un tel éventail de saveurs et de plats, certains ayant mariné pendant plusieurs heures pour obtenir une texture fondante en bouche tel que le bœuf à la sauce soja.

Régulièrement, le propriétaire vient nous expliquer la provenance et l’histoire des plats et répond à toutes nos questions avec une amabilité sans bornes. « Pour le dessert, je peux vous proposer des sorbets faits maisons ou des fruits exotiques » : nous optons pour un de chaque.

Les sorbets sont frais et subtils mais c’est la coupe de fruits que je préfère : mangue, papaye, fruits de la passion, noix de coco fraîches… simples et natures, comme en Indonésie. Nul besoin de pâtisserie élaborée ou de gâteau crémeux puisqu’ici, c’est la nature qui régale en nous offrons ce qu’elle a de meilleur. 

Malgré nos gros appétits, nous arrivons difficilement à la fin du repas car les plats sont copieux, mais sans aucune lourdeur.

Nous repartons charmés par le lieu, l’accueil, l’ambiance et les saveurs dégustées, en remerciant le propriétaire pour cet aller-retour indonésien qui en vaut la chandelle. 

Bon à savoir :

Le restaurant propose des brunchs à 25 euros le week end et le vendredi soir, un dîner-spectacle avec des danses balinaises.

Djakarta Bali

9 rue Vauvilliers

75 001 Paris

01 45 08 83 11

Site web : http://www.djakarta-bali.com/

 

 

Laisser un commentaire