Mes amis devenus

Il y a de ces auteurs dont le nom restera gravé dans vos mémoires pour toujours. Vous pouvez leur être infidèle, les délaisser pendant un temps, ne pas lire tous leurs livres mais jamais vous ne les oublierez, ils font en quelque sorte partie de votre histoire.

Jean-Claude Mourlevat est un de ces écrivains que je garde en mémoire toujours et ne cesse de conseiller à mon entourage. Je l’ai découvert avec Le combat d’hiver, ouvrage de littérature jeunesse emprunté quand je passais le CAPES et la qualité de son écriture ainsi que sa capacité à trouver les mots justes m’ont incontestablement charmées. Lorsque je l’ai rencontré avec mes élèves en juin 2014 (bon, d’accord, j’ai insisté en douce pour que ce soit lui plutôt qu’un autre auteur de la sélection !), il a eu l’idée audacieuse de nous lire un passage de son prochain roman,  Mes amis devenus, que nous avons écouté avec beaucoup d’attention.

Voilà maintenant deux ans que je guette le livre en librairie, les mots harmonieux de Jean-Claude Mourlevat encore en tête, et cette découverte a été à la hauteur de mes attentes.

Mes amis devenus

Résumé : S’il vous arrive parfois (souvent ?) de rêvasser à vos années lycées, de repenser à vos rencontres étudiantes, de revivre le passé avec beaucoup d’intensité, alors vous trouverez dans ce livre un moyen de voyager dans le temps.

L’histoire, c’est celle de cinq amis qui décident de se retrouver en vacances sur l’île d’Ouessant après 40 ans sans s’être revus. Le narrateur, écrivain, arrive le premier dans la maison de location et évoque les chemins de vie des uns et des autres, leurs rencontres en internat, leurs histoires d’amour, leurs silences et leurs rires. Le temps remonte et l’on se retrouve dans la ferme d’enfance de Silvère, entre les pintades qui l’ont vu grandir, son chien adoré et son père qui lutte de manière un peu rustre mais tellement attendrissante pour l’élever du mieux qu’il peut après le décès de sa femme.

Arrivent le temps de l’enfance, les bonheurs familiaux, les premières expériences et l’adolescence, rythmée par l’entrée à l’internat et la rencontre avec Jean, ami complice de tous les instants. Chaque personnage entre progressivement dans le roman, avec sa sensibilité et son histoire, personnalités déjantés, séduisantes ou mystérieuses. Ces amis vont vivre des moments de vie atypiques, rire ensemble, s’ennuyer ensemble, pleurer ensemble…et se rassembler 40 ans plus tard, après s’être perdus de vue, pour six jours de retrouvailles.

Que sont ils devenus ? Qu’auront ils à se dire ? Et surtout, où est caché l’amour ?

Mes amis devenus

Mon avis : Alors, roman léger roman d’été ? Bien plus en réalité. Derrière un titre qui aurait pu présager d’une lecture facile se cache une histoire bien plus profonde qu’il n’y parait : la nôtre.

Sous chaque personnage, il y a un peu de nous, de notre enfance, de notre nostalgie, mais aussi de nos fous rires et naïves pensées, trop souvent écorchés par le temps. L’amour que porte le narrateur à Mara a quelque chose d’absolu et de pur à la fois, une dévotion entière qui passe outre les barrières et le rend encore plus vivant :

«  Le bon sens voudrait qu’avant de tomber amoureux on prenne le temps d’observer la personne concernée sous toutes ses coutures, qu’on prenne connaissance de son milieu social qu’on évalue son niveau de raisonnement, sa sensibilité, son humour […] Une fois tous ces éléments prix en compte et bien pesés, alors oui, on pourrait s’engager. Je ne me suis pas conformé du tout à ces sages principes.« 

Ou encore les journées passées dans sa chambre, à écouter de la musique et à refaire le monde :

 » Le tube de l’année était A Whiter Shade of Pale du groupe Procol Harum qui commence par l’inoubliable : We skipped the light fandango-o-o. Aujourd’hui encore il suffit que j’entende les trois premières mesures de ce titre, pour me retrouver à seize ans, assis sur ce tapis, le cœur battant, amoureux fou. »

Mes amis devenus

A l’issue de ma lecture, j’ai eu envie de recontacter des amis du lycée, d’organiser une journée de retrouvailles, comme on se l’était promis autrefois.

Derrière la nostalgie et les regrets, fleurissent beaucoup de fraicheur et d’humour, ainsi qu’une envie de continuer à suivre les personnages après la fin. Jean-Claude Mourlevat, merci d’avoir su écrire un livre qui retrace si bien le parcours de l’enfance à l’âge adulte, sans perdre une once de jeunesse. Silvère, Lours, Mara, Luce et Jean, même abimés par le temps, conservent au bout de 40 ans toute la sensibilité de leur âme d’antan.

Ode à l’amitié, à l’amour et à la vie, ce livre est d’une telle intensité qu’il est déchirant de s’en séparer, même après l’avoir terminé, on a envie de continuer à suivre les personnages qui nous sont si familiers.

À lire et à offrir, parole de lectrice !

Mes amis devenus

Crédits photos : Juliette Poulain. Lien blog : http://juliettepoulain.tumblr.com/

2 Commentaires

  1. Merci pour cette belle proposition joliment illustrée.
    Même si en ce moment je n’ai pas trop envie de regarder en arrière, vu ton commentaire ce doit être une lecture agréable et revigorante. Je vais suivre ton conseil et me le procurer immédiatement.
    Ch.

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      La nostalgie est bien présente mais c’est aussi un roman très drôle qui invite à profiter de chaque instant de la vie… J’attends ton retour avec impatience !

Laisser un commentaire