Randonner : le sport de l’été

« ♪ Pourtant, que la montagne est belle ♫« … A chaque fois que j’arrive à proximité des Alpes, c’est la même rengaine, Jean Ferrat s’infiltre dans mes oreilles et je ne peux m’empêcher de fredonner cet air qui je l’espère, aura atteint votre tête après lecture de ces quelques lignes (Je sais, ça ne se fait pas mais c’est comme ça) !

Comme je vous l’ai expliqué dans un précédent billet, l’été appelle une coupure running et j’en profite pour jeter mon dévolu sur d’autres activités telles que la randonnée. Août 2016 sera donc marqué par Embrun et ses montagnes, de quoi requinquer la sportive qui sommeille an moi et se cache depuis début juillet sous une grosse couche de paresse coupable.

Munis d’une carte IGN (analysée par mon compagnon, ça va de soi !), d’un bon sac de 25 litres et de chaussures de trail, nous sommes partis à l’aventure dans les Alpes.

Carnet de périple.

randonnée

Jour 1 : Arrivée à Embrun en milieu d’après-midi, découverte des lieux et tour de reconnaissance dans la forêt Domaniale du Mont Guillaume. Après 3h de marche, de bonnes sensations reviennent, les paysages sont à couper le souffle et l’eau des cascades nous revigore. Retour sur Embrun et achat de produits du terroir pour les gourmands que nous sommes : tourtons, ravioles, fromages, charcuterie…Sans oublier le chocolat !

Jour 2 : Départ à 9h de l’appartement pour l’ascension du Mont Guillaume qui se situe à 2550 mètres d’altitude. On l’aperçoit depuis Embrun, majestueux et imposant, son sommet légèrement dégarni. Le soleil cogne dès le matin et nous sommes contents de gagner en altitude pour sentir une brise fraiche caresser nos cheveux. A travers la forêt du Mont Guillaume, la route monte sans état d’âme et nous croisons à mi-chemin un vieil homme du pays qui nous félicité d’être partis depuis Embrun. Les cuisses forcent sous le dénivelé qui semble ne jamais s’arrêter, je sens mes muscles chauds qui triment après 3h30 de montée et des gouttes qui perlent dans mes cheveux trop épais.

Marcheurs dans la montagne, nous avançons pas à pas, les papillons nous entourent et virevoltent à nos côtés, les cloches des vaches tintinnabulent au loin. Avant la dernière ligne droite, nous nous arrêtons pour déjeuner à la chapelle des Seyères, altitude 2056m. Que l’eau est claire à la source ! Il fait bon s’en enivrer et boire, boire encore jusqu’à plus soif. Le saucisson aussi est accueilli avec euphorie !

randonnée

Après 1h de repos, nous repartons pour les 500 mètres restant, à la conquête de la chapelle du Mont Guillaume. Sur la route l’air devient plus frais, j’enfile un coupe vent et redouble d’énergie pour arriver en haut de ce sommet qui offre une vue imparable sur le lac de Serre Ponçon et les monts environnants. 1800 mètres de dénivelé en 4h30, nous voilà claqués !

randonnée

Maintenant place à la descente qui s’avère bien plus rapide vu que nous la dévalons en courant, sauf quand je m’arrête pour déguster des framboises ou des fraises des bois… Et aussi lorsque des vaches s’emparent des sentiers de GR, prioritaires !

randonnée

Retour sur Embrun vers 19h30 avec un bilan plutôt positif : 27km, 6h40 de rando, 3600mètres de dénivelé et des souvenirs plein la tête !

Les courbatures dans les cuisses et les fesses commencent déjà à se faire sentir mais nous tâchons de ne pas y prêter attention…

A 21h, départ pour la soirée jeu organisée par la librairie Charabia dans le centre ville d’Embrun : suspense et stratégie autour d’un verre avec le jeu de pirates « Black Fleet », à expérimenter !

Jour 3 : Mouais, alors là c’est moins fun. Les courbatures ont eu le temps de s’emparer de mon corps et malgré les étirements étudiés de le veille, je ressemble à une mémé quand je descends les escaliers. Je n’ai pourtant pas fait un IronMan, grand diable ! Il faut que je me résigne, je suis une ordinaire mortelle qui souffre dès qu’elle sort de sa zone de confort…Que voulez vous, la vie est cruelle ! Mais pas question de se laisser abattre.

randonnée
Panorama depuis le Mont Guillaume

Aujourd’hui, ce sera nage dans le plan d’eau du lac de Serre Ponçon avec la promenade qui en fait le tour, soit une dizaine de km à peine. Il y a même des poussettes, des gens en claquettes et des bébés qui apprennent à marcher, parfait, ma démarche déglinguée passera inaperçue. Cette journée détendue s’achèvera avec une soirée au théâtre de verdure où la pièce Tu mendieras tant ! d’Hervé Fassy est jouée en plein air, à deux pas du centre ville d’Embrun, dans le Jardin du Roc.

Cette trêve journalière nous permettra d’attaquer la suite des aventures sportives que vous retrouverez dans le prochain article, histoire de ménager un peu de suspense… Affaire à suivre !

 

6 Commentaires

  1. Elodie dit : Répondre

    Coucou Elsa!
    Ca a vraiment l’air magnifique, ça donne envie! Tes photos sont très belles et tes articles bien écrits et intéressants : bien que n’étant pas (du tout) une runneuse, je suis conquise! 🙂
    Bisous
    Elo-l’ex-doc

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Merci Elodie, effectivement c’était magnifique, et les photos sont fades à côté de la réalité. Qui sait, peut être qu’une runneuse en puissance sommeille en toi 😉 Bisous

  2. Nathalie dit : Répondre

    Article magnifique qui donne véritablement envie de prendre son sac et de partir à l’instant en randonnée!J’aime beaucoup cette phrase: » Il faut que je me résigne, je suis une ordinaire mortelle qui souffre dès qu’elle sort de sa zone de confort…Que voulez vous, la vie est cruelle ! Mais pas question de se laisser abattre.!!!!
     » Ha et celle-ci également: « nous la dévalons en courant, sauf quand je m’arrête pour déguster des framboises ou des fraises des bois! »La chute!
    Bon j’arrête mes petites citations…ce matin j’ai troqué la banane et le kiwi pour du nutella…journée foutue quoi!

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Ha ha, c’est drôle parce que je suis justement en train de préparer un goûter crêpes/nutella ! Les bonnes résolutions partent en sucette, je n’arriverai jamais à avoir un mode de vie équilibré. Tant pis ! Merci beaucoup pour ton commentaire, je suis si contente de t’entendre ! A très bientôt j’espère, bisous.

  3. Très belle randonnée. L’été fut aussi synonyme de randos pour moi mais en Bretagne. Par contr,e c’est marrant parce que j’ai ressorti mon best of de Ferrat il y a peu et je l’écoute régulièrement.

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Ah Ferrat en montagne… quelle bonne idée !

Laisser un commentaire