Running : la coupure de l’été

Non vous n’avez pas rêvé, vous êtes bien sur un blog de course à pied, même si depuis quelques semaines les livres, recettes et autres festivals ont remplacé les baskets.

Pas de panique, il s’agit de la traditionnelle pause estivale imposée par la montée en puissance des degrés, les autres activités et le farniente de l’été. Quand j’ai commencé le running, je me disais que les grandes vacances allaient gâcher tous les efforts fournis pendant l’année, et qu’il me faudrait tout reprendre à zéro en septembre.

A quoi bon avoir couru un marathon, s’être entrainée trois fois par semaine, avoir bravé la pluie, la grêle et les temps de flemme si c’est pour se retrouver au niveau -1 à la rentrée, on se le demande ?

Ma proposition de partir en vacances dans un pays nordique pour ne pas souffrir de la chaleur et continuer à courir n’ayant pas eu de succès auprès de mes proches (qui de toute manière, détestent le running), je me suis tournée vers mon entraineur qui a su me rassurer avec de sages paroles : il faut savoir couper.

Le running est un sport intense qui sollicite muscles, articulations et mental pendant plusieurs mois d’affilée, il est donc essentiel de se reposer pour reprendre par la suite dans de meilleures conditions.

Apaisée par ces conseils qui convenaient parfaitement à mon mode de vie estival, je continuais sur ma lancée : « Pendant combien de temps peut on s’arrêter ? »

Entre une semaine et quinze jours, les capacités physiques ne sont presque pas altérées, il est donc possible de se mettre au repos complet et de laisser au corps le temps de réparer les micro-traumatismes subis pendant l’année. Cette coupure est aussi bénéfique pour le moral qui a besoin de se régénérer après une intense saison de compétition.

Non je ne suis pas allée courir cette semaine ! On s’en fiche, à bas la culpabilité qui tire sur le mental.

Après cette phase d’arrêt bien mérité, vous pouvez reprendre en douceur, à un rythme moins soutenu que celui de la saison d’entrainement, ou alors comme moi, varier les plaisirs en pratiquant d’autres activités sportives.

La plupart de mes vacances d’été se déroulent dans le sud de la France où le températures avoisinent les 40 degrés dès 7h30 le matin (Bon, j’avoue, je suis un peu marseillaise sur les bords). Consciencieuse et sérieuse, j’ai essayé d’aller courir à différents horaires mais rien n’y fait, je supporte très mal la chaleur. Mes jambes deviennent vite lourdes comme des poteaux, je transpire excessivement dès le 1er kilomètre, j’avance moins vite qu’à mon allure marathon…De quoi démotiver le plus brave d’entre nous !

Du coup pour ne pas perdre totalement et parce que je ne peux concevoir de passer deux mois sans faire de sport, je croise avec d’autres activités : randonnées, canoé, nage, raquettes…Combinés gagnants pour garder la forme sans trop souffrir.

Au fond de moi, je sais que mes capacités endurance diminuent et que je devrai redoubler d’efforts à la rentrée pour aborder la saison prochaine mais c’est avec un corps régénéré et un mental d’acier que je reprendrai la course à pied, l’idéal pour progresser.

Alors si vous aussi vous craignez de vous transformer en chamallow ambulant, de voir ramollir vos cuisses et perdre votre souffle dès la première montée d’escaliers, n’ayez crainte, la coupure annuelle est bénéfique, voire indispensable !

Et promis, je vous réserve des articles bien running dès la rentrée, en attendant enjoy holidays !

4 Commentaires

  1. Mallory dit : Répondre

    Au top !!!!!!
    Le mieux ça reste le canoë ! 😉

  2. Pas de run, mais tu n’es pas restée sans activités. Oui ! Tu as raison au retour, tu reprendra en douceur et tu retrouvera rapidement tes marques … foi de chamallow .

  3. Sophia aka Julytoseptember dit : Répondre

    Hello!
    Moi l’été c’est l’inverse, j’ai plus de temps donc j’ai essayé de courir un jour sur deux (sauf en Corse oú j’étais sur un bateau et de toute façon il faisait beaucoup trop chaud donc je nageais, palmais pour compenser un peu). Effectivement la chaleur ce n’est pas très agréable, le deal c’est donc de se motiver et de se lever assez tôt pour éviter la chaleur (car je ne coure quasi que le matin)… J’ai essayé d’en profiter pour courir de plus petites distances mais d’accélérer mon rythme .. Le problème étant que maintenant que l’été est fini j’aimerais conserver ce rythme mais courir plus longtemps sauf que j’ai vraiment beaucoup de mal. Bon c’est pas vraiment pas extra mais disons qu’avant je pouvais courir 10km mais à allure très lente (entre 7 et 8′ par km quoi) et maintenant je fais environ 6’35 pour un km mais je n’en coure que 5 quoi … Peut-être que je ne me pousse pas assez mais sachant que je vais avoir beaucoup moins de temps je ne pourrai aller courir qu’une fois par semaine (ou 2 si je me motive à aller courir le soir mais je préfère vraiment le matin) et ça ne me semble vraiment pas assez. Qu’en penses tu?

    Des bisous

    Sophia

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Bonjour Sophia,

      Tout dépend de tes objectifs : As tu envie de courir pour garder la forme et te sentier mieux, pour toi en quelque sorte ou avant tout pour participer à une course et faire un temps particulier ? Dans le premier cas, deux fois par semaine serait l’idéal, inutile de courir de trop longues distances, l’intérêt est de t’y tenir et d’être régulière. Tu peux commencer avec 5km à ton allure habituelle puis essayer de rallonger un peu au fur et à mesure jusqu’à atteindre ton objectif (10km ?)
      Dans le deuxième cas tout dépend de la course que tu prépares mais un entrainement plus suivi peut être envisagé avec un programme particulier. Il est vrai qu’il est plus difficile de dégager du temps quand on travaille, que l’on rentre tard et qu’il fait froid, mais c’est dans la régularité que tu progresseras.

      Bon courage à toi et donne nous des nouvelles !
      Elsa

Laisser un commentaire