C’est la rentrée, on s’y met !

Voilà maintenant trois semaines que la sonnerie du collège retentit à nouveau et que les élèves ont repris le chemin de l’école. Comme à chaque rentrée, je me suis empressée de dresser une liste des bonnes résolutions professionnelles à adopter (mais combien de temps vont-elles durer ?) avec la ferme intention de les appliquer à la lettre.

Après un été plutôt calme sportivement, je me suis aussi fixé des objectifs en course à pied et le premier n’est autre que la régularité. Si 2017 a été une année d’absentéisme, je m’engage formellement à faire de 2017-2018 une continuité et de participer aux trois entrainements hebdomadaires en club. Bon, c’est plutôt facile à dire mais cette semaine j’ai déjà séché le mardi et le dimanche pour cause de réunions et de week ends entre amis mais dans l’idée le sérieux est là.

J’avais commencé en août à effectuer des exercices de renforcement musculaire avec l’application Seven, soit sept minutes par jour d’abdos, fessiers, bras et cuisses mais ma motivation n’a pas été assez stimulée car je ne pouvais m’empêcher de penser au fond de mois que sept minutes seulement ça ne servait à rien (et hors de question d’en faire plus !).

Voilà donc pourquoi j’ai décidé de me remettre à courir en bonne élève, alternant ainsi séances de fractionné sur piste, endurance dans le bois et sorties longues accompagnées d’allures le dimanche.

Comme la rentrée est le meilleur moment de s’y mettre et pourquoi pas, de s’inscrire en club, voici quelques bonnes raisons de choisir le running comme discipline :

  • C’est simple à pratiquer : une paire de baskets, un short, un tee-shirt, une brassière adaptée et on peut se lancer. Nul besoin de se soucier des horaires ou de prendre trois lignes de métro différentes, on sort de chez soi avec sa clé dans la poche et on peut très bien commencer par courir dix minutes dans son quartier, élargissant de jour en jour les horizons. Les contraintes sont vraiment minimes en comparaison avec d’autres sports qui nécessitent du matériel spécifique ou ne peuvent être pratiqués que dans des salles spécialisées, à des horaires bien précis.

 

  • Ça permet de garder la ligne : en courant entre 30 et 45 minutes deux fois par semaine, les résultats sont là. La silhouette s’affine, les jambes se musclent et les abdos pointent le bout de leur nez. Question santé, la pratique régulière de la course à pied associée à un mode de vie sain ferait même gagner quatorze ans d’espérance de vie ! De quoi convaincre les plus récalcitrants.

 

  • C’est peu coûteux : au début, nul besoin d’investir dans des vêtements hors de prix, la marque Kalenji de Décathlon proposant un excellent rapport qualité-prix. Dans le cas où vous souhaiteriez vous inscrire en club, le coût d’une licence annuelle avoisinera les deux mois d’abonnements dans une salle de sport en province et quasiment un mois dans les salles parisiennes. Ce qui peut vite devenir cher, ce sont les courses, et j’avoue que lorsque l’on commence à s’inscrire à des marathons, semis ou 10km le portefeuille a intérêt à assurer !

 

  • C’est bon pour le moral : la course à pied favorise le sommeil et la libération d’endorphines, antidépressifs naturels sécrétés par le corps au moment de l’effort. La sensation de fatigue qui suit une bonne séance est salvatrice, surtout après une journée stressante et urbaine. Se défouler pour laisser ses angoisses, peines et tourments de côté est la meilleure des thérapies.

 

  • Ça permet de se faire un nouveau cercle de connaissances : que vous courriez en club ou avec des amis, la course à pied est l’un des rares sports où l’on peut parler en même temps. L’entrainement passe ainsi plus vite et l’on rencontre de nouvelles personnes qui ont notre niveau, de quoi élargir son cercle de collègues… et l’arrivée des beaux jours fait souvent rimer effort avec réconfort et sorties d’après run.

 

  • C’est prendre du temps pour soi : cet argument est valable pour tous les sports mais de par sa facilité d’accès, la course à pied permet vraiment de dégager des moments non pollués par les contraintes extérieures. On ne pense qu’à soi, à son corps, l’effort que l’on fournit, on en arrive même à ne plus penser à rien selon l’intensité et le nombre de kilomètres parcourus. On sera d’autant plus opérationnels par la suite, après voir libéré toute cette énergie et toutes ces toxines.

Il existerait encore des dizaines d’arguments vantant les mérites de la course à pied et du sport en général. Même si les moments de flemme ou d’extrême fatigue nous empêchent parfois de suivre un plan régulier, essayez d’intégrer la pratique hebdomadaire d’une activité dans votre planning et vos bonnes résolutions de septembre. J’espère pouvoir les suivre cette année et quand à vous, foncez !

Photos : P. Nobis

2 Replies to “C’est la rentrée, on s’y met !”

  1. De beaux arguments et de jolies photos… j’en parle à mes genoux, mais ils n’ont pas l’air convaincus ! Je vais rester sur mon planning de cours collectifs en salle je crois!

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Merci ! Oui effectivement ces arguments auront du mal à convaincre tes genoux !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.