De la PPG pour progresser

Le printemps commence à se faire sentir à Paris. Le changement est insignifiant et il faut y prêter attention pour le percevoir mais il est là, dans la douceur de l’air au petit matin, dans les couleurs du bois au lever du jour, dans le soleil qui s’allonge et veille toujours plus tard.

Les séances de course à pied se font plus agréables, le froid mordant de l’hiver appartenant déjà à une saison passée et l’arrivée du printemps faisant émerger une nouvelle forme de motivation, encore timide mais progressive.

Mardi dernier sur la piste, nous avons fait de la PPG (soit préparation physique générale). Le club en organise une fois par mois environ mais vu mon absentéisme cette année c’est la première fois que je m’y collais.

Ces exercices spécifiques consistent à travailler sur le renforcement musculaire, la coordination des mouvements et permettent entre autres de prévenir les blessures. Etant donné que j’en ai particulièrement bavé pendant que les autres se la coulaient douce en endurance dans le bois, je tiens à partager avec vous cette expérience douloureuse ! D’autant plus que nous n’étions que cinq et que je me suis retrouvée avec une championne de taekwondo, le coach et deux athlètes du groupe 1 qui courent le marathon en moins de trois heures. Cherchez l’erreur.

Avant la séance de PPG

Après un footing de 20 minutes environ dans le bois nous nous retrouvons sur la piste pour cinq exercices d’échauffement appelés aussi éducatifs.

Faire deux séries de 50 mètres en récupérant sur le retour :

  • Montées de genoux : allez hop hop hop, plus haut que ça s’il vous plait !
  • Talons fesses : RAS
  • Courir jambes tendues : alors celui là il me fait rire à chaque fois, on dirait que je suis coincée de partout.
  • Courir en arrière : pour solliciter les quadriceps et l’ischio-jambier.
  • Foulées bondissantes : aller de plus en plus vite avec une foulée ample, comme si l’on voulait enjamber des obstacles au sol.

Une fois cette préparation achevée, une série de trois fois une minute de gainage s’impose.

Passons ensuite aux escaliers avec cinq séries de cinq exercices :

  • Monter les escaliers une première fois en courant à faible allure
  • Monter les escaliers à cloche-pied
  • Monter les escaliers deux par deux en courant
  • Monter les escaliers à pieds joints deux par deux (en sautant comme une grenouille en fait)
  • Faire 1 minute de chaise

Recommencer cinq fois dans l’idéal… Mais trois c’est déjà très bien, comme je l’ai fait en rognant un peu sur certains exercices dès que le coach avait le dos tourné.

Pour terminer en beauté, effectuer une série de fentes, 1 minute pour chaque jambe.

Je peux vous dire que je sentais déjà les courbatures avant même d’avoir terminé la séance… et le lendemain, une session de natation s’impose pour détendre tous ces muscles.

Parce que courir ne suffit pas pour progresser, vous pouvez intégrer une séance de PPG une fois toutes les deux semaines dans votre plan d’entrainement.

N’hésitez pas à partager sur le blog vos exercices favoris car il en existe bien d’autres.

 Crédits photos : P. Nobis

2 Replies to “De la PPG pour progresser”

  1. La PPG, ça a l’air vraiment horrible! Mais je veux bien essayer les jambes tendues en avant, ça a l’air marrant. Merci pour cet article.

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Horrible ? Non ! Juste un peu douloureux au début mais indispensable pour perdre sa bouée hivernale 🙂

Laisser un commentaire