Le soleil des Scorta

Deux mois ! Deux mois sans écrire sur le blog. Deux mois de panne d’inspiration, de ralentissement sportif, de petite forme, de fatigue intense…

Cet article sur Le soleil des Scorta, je l’ai écrit depuis mars mais il traîne dans mon carnet de lecture, version brouillon, et à chaque fois que je le croise sur mon bureau je me dis « Tiens, il serait temps de le publier celui-là ».

Alors voilà, il ne s’agit pas de la dernière sortie littéraire ni de la sélection bikini à dévorer sur la plage mais d’un ouvrage qui a gagné le Goncourt il y a plus de dix ans et qui errait depuis longtemps dans ma bibliothèque. J’ai bien fait de l’en extirper et de m’y plonger car il s’agit d’une sacrée découverte, idéale pour voyager dans l’Italie des Pouilles de 1870 à nos jours.

Envie de soleil écrasant, de secrets familiaux, d’honneur, de petit village italien où le poids de la religion assomme les foules ? Jetez un œil au Soleil des Scorta de Laurent Gaudé et préparez-vous à changer d’atmosphère.

Résumé :

Sous le soleil écrasant de l’Italie des Pouilles en été, un homme pénètre dans un village reculé avec une détermination sans faille. Il s’agit de Luciano Malcazone, prêt à donner sa vie pour posséder la femme qu’il a toujours désirée. De cette union maudite naîtra la descendance des Scorta, pointés du doigt et craints des autres villageois. Les générations se succèdent et évoluent sous la canicule portée par les maisons aux vieilles pierres blanches et chaque famille accueille son lot de peines et de fatalité, ne parvenant jamais à s’éloigner de cette terre natale castratrice et protectrice. De Rocco qui se marie avec la Muette aux trois enfants qu’ils vont concevoir, du secret de Carmela sur le voyage à New York aux curés qui se succèdent, du labeur pour créer le bureau de tabac aux festins mémorables, la lignée des Scorta se dessine au fil des âges, de 1870 à nos jours avec en toile de fond l’Italie des Pouilles, immuable et solaire.

Les thèmes :

  • Un roman fortement ancré dans un contexte géographique : l’histoire se déroule dans un petit village des Pouilles, sur plus de cent ans. Dès les premières phrases, le décor rythme l’arrivée du personnage et convoque l’imaginaire du lecteur autour du soleil, de la chaleur, des collines et des oliviers, éléments structurants jusqu’à la fin du roman. La canicule écrasante est dictatrice, c’est elle qui règne en maître au village, rendant les hommes fous et les contraignant à un dur labeur.

  • L’honneur des Scorta : bien qu’elle parte d’une malédiction et d’un viol, la lignée des Scorta cherche à transmettre son nom de génération en génération. L’honneur et la fierté d’être un Scorta transcende les âges, au delà des deuils et des familles qui se succèdent, comme si le nom, au même titre que la terre, était immortel.

  • Des villageois archaïques : les habitants de Montepuccio ont toujours vécu dans cette région d’Italie du sud sans jamais saisir l’opportunité d’aller ailleurs. Ils sont cultivateurs, pêcheurs, commerçants et leur vie est rythmée par les cérémonies religieuses et les processions. Quand un nouveau curé arrive et qu’il refuse de respecter les coutumes d’enterrement des Scorta, il est ostracisé et poussé à la folie. Les hommes ont besoin d’exulter par la violence, la boisson ou la haine mais se donnent bonne conscience en allant à la messe le dimanche et en se confessant. L’auteur dépeint ici une société fermée sur elle même, superstitieuse et immobile. 

  • Le labeur comme une fin : les Scorta, comme les autres villageois, vivent par et pour le travail. Pas de riche succession, de nom de pouvoir ou de biens matériels, juste la force des bras et de la volonté, du mérite et de la sueur. L’acquisition du bureau de tabac des Scorta se fait au prix de nuits sans sommeil et d’un travail harassant mais c’est une fierté immense que de réussir à en venir à bout. La seule valeur est celle du travail.

Prix Goncourt 2004, le Soleil des Scorta se lit avec intensité et facilité, les générations étant traversées avec la simplicité de la vie qui s’écoule, pour laisser place à d’autres. Que vous connaissiez les Pouilles ou pas, ce livre est un voyage à travers les vieilles pierres de Montepuccio et le temps qui passe, irrémédiablement.

5 Replies to “Le soleil des Scorta”

  1. Merci pour ce bel article joliment illustré ! Je sais maintenant quelle sera ma prochaine lecture 🙂

  2. Merci pour cette article et surtout bravo pour ce style d’écriture, c’est vraiment très agréable de te lire !

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Merci beaucoup !

  3. Merci pour cet article ! En panne de lecture il donne envie de s’y plonger !

    1. Les carnets d'une runneuse dit : Répondre

      Merci ! N’hésitez pas à me faire un retour sur votre lecture !

Laisser un commentaire