Ut4M Jour 1 : si le Vercors m’était conté

Alors que je sirotais paisiblement un cocktail en terrasse dans le sud de la France en ce mois d’août ensoleillé, un coup de fil salutaire me fit sortir de ma léthargie : « l’Ut4M Grenoble a lieu dans cinq jours, toujours d’accord pour couvrir l’évènement ? » 

Ni une ni deux, je troque mon verre contre une paire de baskets, bouleverse mon emploi du temps estival et fonce chez Décathlon pour effectuer des emplettes de dernière minute.

L’Ut4M (ultra tour des quatre massifs) a été créé en 2013 par Sébastien Accarier et se déroule cette année du 16 au 20 août à Grenoble. A l’occasion de la 5ème édition, plusieurs formules permettent aux traileurs de parcourir les montagnes environnantes :

1 ) L’UT4M 160 XREM : 169 kilomètres avec 11 000 m+, départ prévu le jeudi à 18h.

2) L’UT4M 160 Challenge : 169 kilomètres en quatre jours, à raison d’un massif par jour : Vercors, Oisans, Belledonne et Chartreuse. Les traileurs peuvent donc se reposer le soir entre chaque étape et s’ils le souhaitent, dormir dans un refuge afin de partager ensemble leurs soirées d’après-course. 

Les participants peuvent aussi choisir de courir en relais ou de ne faire qu’une seule étape.

Photo : Thomas Vigliano

Je suis arrivée à Grenoble la veille du départ pour m’imprégner de l’ambiance d’avant course et le Palais des sports qui accueille l’événement était en pleine effervescence.

A 7h du matin le lendemain, le village sportif grouille de concurrents et les montagnes qui entourent Grenoble semblent annoncer la couleur : un trail entre nature et ville au plus près des sommets. Déambulant entre les dossards, je me lance à l’assaut des participants pour recueillir leurs témoignages à 1 heure du départ.

Photo : Georges Martinez Valentin

Voici trois parcours de traileurs prêts à gravir des sommets :

  • Blodwen, du Val d’Oise, court depuis huit ans et conçoit seule ses plans d’entraînements à partir de revues et magasines spécialisés. Travaillant dans la restauration, elle dispose de peu de temps pour se préparer mais arrive tout de même à programmer trois séances hebdomadaires en forêt, près de chez elle. Elle s’apprête à courir deux massifs : le Vercors et l’Oisans, et c’est la première fois qu’elle réalisera une telle distance. Bien que son visage affiche une certaine sérénité, elle s’avoue très stressée.

  • Robert, 30 ans, nous vient tout droit d’Allemagne et c’est avec un charmant accent qu’il me décrit son glorieux palmarès : cinq entraînements intenses par semaine, marathons de New-York, Berlin, Jérusalem, beaucoup de trails à son actif… C’est un coureur aguerri qui a décidé de s’inscrire à l’Ut4M Challenge 160. Il se sent en pleine forme et calme, prêt à partir.

  • Marine, 29 ans, traileuse à Grenoble depuis cing ans, passionnée de montagne. Inscrite au club de Montbonnot, elle court sur route en semaine et en nature le week end, la plupart du temps en groupe. Elle a déjà participé à l’UT4M l’an passé en courant le massif de la Chartreuse et s’est inscrite cette année au duo Vercors/ Chartreuse. Afin de se motiver et d’être assez forte elle court avec sa collègue Marie-Odile et toutes deux vont s’encourager pendant les étapes.

A la question « Qu’est ce qui vous plait tant dans le trail ? », les trois participants répondent à l’unanimité : la diversité des paysages, la montagne et le goût de l’effort physique.

Photo : Georges Martinez Valentin

Le meilleur conseil qu’ils peuvent donner aux débutants est de persévérer en ayant une fréquence d’entrainement régulière mais sans pour autant se mettre dans le rouge. Il faut se faire plaisir !

Le compte à rebours a commencé, il est 7h55, les participants au run handi move se lancent dans l’arène cinq minutes avant les autres et c’est parti : sous un tonnerre d’encouragements, les coureurs franchissent la ligne de départ.

Run handi move sur le départ

Nous les suivrons toute la journée aux points stratégiques tels que Saint Nizier du Moucherotte et Lans en Vercors et les accueillerons à Vif pour l’arrivée.

Saint Nizier du Moucherotte
Le ravitaillement de Saint Nizier du Moucherotte
Lans en Vercors

Aurélien Collet se démarque et passe l’arrivée en premier, en 4h30 avec 1900 m+… Soit le temps que j’ai mis pour courir le marathon de Paris ! Je m’incline.

Aurélien Collet en vainqueur
Portrait : Thomas Vigliano

Demain je vous ferai partager le massif de l’Oisans et les sensations des coureurs après l’étape !

3 Replies to “Ut4M Jour 1 : si le Vercors m’était conté”

  1. Bravo ! courage pour la suite !

  2. Merci pour ce jour 1. Vivement demain pour la suite…

  3. Bravo et merci pour ce bel article qui nous donne envie de partir à la découverte de cette région…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.